Fondements d’une philosophie morale (éthique) pragmatique empirique

Chaque évènement qui se passe dans notre vie tombe dans un de ces deux domaines :


  1. ​Il correspond à nos attentes ou nos espoirs : domaine de la sensation d​'ordre. Je m'attends à ce que le bus soit à l'heure et le bus est à l'heure.
  2. ​Il ne correspond pas à nos attentes ou nos espoirs : domaine d​e la sensation​ de chaos. ​Je m'attends à ce que le bus soit à l'heure et le bus n'est pas à l'heure.

Le monde de l’ordre jusqu’à un certain point offre un sentiment de sécurité “je sais ce qui va se passer et c’est rassurant”. Au-delà de ce point, le monde de l’ordre devient oppressant : tout est prévu et il n’y a plus de marge de manœuvre ou de progrès. Seuil totalitaire.


Le monde du chaos jusqu’à un certain point offre un sentiment de possibilité “je ne sais pas ce qui va se passer et c’est excitant”. Au-delà de ce point, le monde du chaos devient terrifiant : rien n’est prévisible et l’horreur est envisageable à chaque recoin. Seuil d​e terreur.


Chaque individu ​passe chaque instant de son existence quelque part entre ces deux monde​s1.


​La sérénité − la paix de l'esprit − se trouve lorsque l'individu avance en équilibre entre ces deux mondes. Cet équilibre est ​reconnaissable par une sensation de tranquillité profonde.


À l'opposé de cette sérénité, ​une tendance marquée pour l'ordre ou le chaos implique une fragilité (mentale, physique, émotionnelle) accrue face au changement. ​Dépression, stress chronique, nihilisme.


​Certains s'enferment dans un monde d'ordre où tout ce qui ne correspond pas à leurs attentes ​est un traumatisme en puissance. "Ceux qui préfèrent ne pas penser au pire". Par exemple ceux qui ​vivent comme si eux et leurs proches ​n'allaient jamais ​être gravement malades et mourir, comme s'ils n'allaient jamais avoir d'accident, comme s'ils n'allaient jamais être trahis ou blessés.


​D'autres vivent dans un monde de chaos où ils ont l'impression de ne rien maîtriser. "Ceux qui se sentent impuissants". Par exemple ceux qui vivent ​sans trouver leur place dans le monde et qui noient leurs émotions négatives dans des addictions (divertissement intempestif, alcool, drogues).


​Le facteur déterminant du positionnement de l'individu face aux mondes de l'ordre et du chaos est le suivant : ses attentes.


​Parce que la sensation d'ordre et de chaos ​est créée par l​'écart entre la réalité observable et les attentes de l'individu.


En ajustant ses attentes, l'individu rééquilibre son existence entre ordre et chaos. Et par conséquent, il retrouve sa ​tranquillité.


En d'autres termes, si un individu ​est en proie à des émotions de panique ou d'apathie prolongées, il peut retrouver sa sérénité en modifiant consciemment ses attentes envers la réalité.


​Comment ajuster ses attentes ?

Premièrement par l'observation du réel.


Puis en soumettant sa représentation du monde à ​cette observation : les choses sont telles qu'elles sont, même si je désire autre chose.





​L​'existence, par sa nature, est ​incontrôlables à plusieurs niveaux :


- Ce qui ​considérablement hors de notre contrôle (l​a météo, 

- Ce qui partiellement hors de notre contrôle (​gagner un ​combat,

- Ce qui légèrement hors de notre contrôle (nos intentions, nos objectifs, nos valeurs)